Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2018

Mariage...

lakevio.jpg

Complémentaire
Époustouflant
Respirait
Baignade
Tortionnaire
Chanteur
Juger
Aberrant
Pénitencier
Profitera


Cinquante ans de mariage la semaine prochaine...
Quelle foutaise !
Il a toujours tout géré et aujourd'hui il perd la tête...
Lui le tyran, Lui son tortionnaire, il a oublié son nom !
Lui qui passait son temps à la juger, il est devenu presque un enfant.
C'est aberrant, elle avait toujours pensé qu'elle perdrait la tête la première.
Ah lui l'intellectuel ! Lui qui envoyait des piques pour le plaisir...
Il est devenu un chanteur de nursery rhymes.
Il se souvient de son enfance mais a oublié son passé de chef d'entreprise.

Elle a enfin quitté le pénitencier qu'était leur vie, plus de baignade qu'elle n'aimait pas et que tu adorais.
Elle savait que la tâche serait rude, qu'il lui faudrait de l'aide.
Enfin elle respirait comme jamais, son cœur n'était plus pris dans un étau, son mari ne pouvait plus lui nuire.
Grâce à sa retraite complémentaire elle pourrait, le moment venu, le placer en maison de santé.
Cinquante ans de mariage et elle profitera enfin de la vie.
Elle, la femme soumise, acheta pour la première de sa vie un bijou époustouflant chez un grand joaillier.
Elle se surprit à fredonner, imitant la voix du chanteur, "Pour moi, la vie va commencer".

Commentaires

Hé ben là non plus c'est pas rigolo ! Mais c'est sûrement, hélas, fréquent... mais ça va, je sais qu'il ne s'agit pas de ton couple :-))

Écrit par : Praline | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Enfin, enfin, la liberté, le bonheur tout simplement.

Bien vu, et bien écrit, comme d'hab. Et pourtant, les mots n'étaient pas faciles à placer.

Écrit par : Sophie | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Au bout de 50 ans de soumission elle a bien mérité un peu de bon temps. Superbe !

Écrit par : tanette2 | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Dommage que les EHPAD vont écorner salement la retraite, elle aurait encore mieux vécu...

Écrit par : le-gout-des-autres | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Pourvu qu'elle soit en bonne santé suffisamment longtemps pour profiter de sa liberté enfin retrouvée, car après 50 ans de mariage... on n'est plus tout neuf !

Écrit par : Fabie | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Le truc c'est qu'au bout de cinquante ans, parfois, le désir de liberté s'est émoussé. heureuse pour elle qu'elle ait conservé le sien et qu'elle en profite.

Écrit par : lakevio | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

il ne sentait pas bon le sable chaud son tortionnaire ;-)

Écrit par : Adrienne | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Pourquoi fêter ses 50 ans de mariage quand l'un des deux a perdu la tête ? Elle aurait fait des économies...Attendre 50 ans, mon dieu, jamais je n'aurais pu supporter ça. Quoique, c'est idiot, on est capable de tout supporter quand on est marié. Faut dire que Lakevio avec le mot tortionnaire, pénitencier, ne nous a pas laissé trop le choix de faire dans la dentelle. On ne peut penser qu'à un amour vache...

Écrit par : julie | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Ca me rappelle l'histoire d'une amie de ma grand-mère qui est allée au théâtre pour la première fois de sa vie, le jour où son Alphonse est décédé... Elle n'était plus toute jeune mais pouvait profiter de ce qui lui restait de vie.

Écrit par : Armelle | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Ha ha ! Excellent ! Mais rassures moi : le Goût perd la tête ??? (mdr)

Écrit par : ang/col | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Ah les carcans !!!, le mariage, la société et combien d'autres, nous les subissons malgré nous et tous différents selon les personnes. S'en défaire facile à dire, triste histoire mais une fin optimiste.

Écrit par : esterina | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

histoire bien vue et peut-être pas si rare que ça ! 50ans de mariage ....ça lui fait .... peut-être 68...70ans ? Elle a pouvoir enfin bien en profiter !

Écrit par : emiliacelina | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

J'en ai connu quelques-unes comme ça, qui n'avaient pas osé jeter leur bonnet par-dessus les moulins et étaient restées subir la férule d'un époux abusif...
Ah les belles veuves joyeuses qu'elle ont fait ! Et elles se sont défoulé, ont profité de tout ce qui ne leur avait pas été possible jusqu'alors...
Sauf une qui n'a pas eu le courage de VIVRE et a continué sa vie d'enterrée vivante.
J'ai a-do-ré ton devoir !

Écrit par : Gwen | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Tu es arrivée à placer en plus une expression plutôt rare, les nursery rhymes...

Écrit par : Pivoine | 10/04/2018

ben dis donc, attendre cinquante ans... c'est dans le livre des records ? ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 10/04/2018

Répondre à ce commentaire

Mieux vaut tard que jamais ! Après une vie de négation de soi, on lui souhaite du bonheur.

Écrit par : Vero | 30/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire