Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2018

J'appelle un chat un chat.

langage,locutions 

"J'appelle un chat un chat et Rollet un fripon."

Aujourd'hui, écouter les informations demande du temps.
Les deux tiers des mots sont inutiles.
Un handicapé est devenu "une personne en situation de handicap".
Vous ne voyez dire au Goût : "Tu veux bien sortir ta carte de personne en situation de handicap" ?
Surtout que je lui demande sa carte pour me trouver une place assise dans le bus...

Où alors : " Si nous allions explorer les territoires de la ruralité pour créer du lien", c'est tellement plus pratique que de dire : "J'irais bien faire un tour à la campagne rencontrer Machin".

Si j'avais l'âge, il me faudrait "être en capacité de trouver un emploi".
Même si j'ai un "adorable baby bump".
En plus, j'écouterais de la musique en "direct live".

Je ne meurs pas, non, "je vous ai quittés".
Mieux "j'ai disparu", le truc que je trouve particulièrement niais car tout le monde saura où je suis passée...
Si "je pars", mes proches n'auront pas d'illusion, ils sauront bien où je suis allée, eux.

Je n'en peux plus non plus, d'ouvrir mon navigateur et de lire "les quarante neufs chats les plus drôles du monde !".
D'ailleurs, pourquoi 49 ?

Plus le monde est féroce, plus la parole est lénifiante.
Ce qui n'est pas "joli" est "adorable".
Les animaux sont "cromignons" mais la cruauté est de plus en plus présente et sournoise...

 

Commentaires

Tu exagères.
Sont pas mignons, tous ces greffiers ?
Et ils sont utiles.
Pendant qu'on les regarde, on ne voit pas les SDF, promus au rang de "sans abri" dormir sur les trottoirs par -2°C...

Écrit par : le-gout-des-autres | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

J'adore, non j'aime, ton billet pour faire court. Bon dimanche

Écrit par : Armelle | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Aïe dis, quand j'ai vu "pourquoi 49?" j'aurais bien répondu "oui, pourquoi pas 69?" (j'ai vraiment l'esprit mal tourné).

Mais il n'y a rien à redire sur ton constat... C'est qu'il y a quand même des mots dont la réalité fait mal, et sans doute que l'être humain ne le supporte que difficilement. Evidemment, écarter les problèmes et les réalités désagréables ne sert à rien. Surtout quand elles nous rattrapent.

La personne handicapée est aussi dite à "mobilité réduite". La prochaine expo que je ferai, je la ferai peut-être dans une chaise roulante (j'y pense sérieusement), mais cela me permettra peut-être de la voir mieux qu'en manquant me disloquer les vertèbres.

Écrit par : Pivoine | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Je ne sais par où commencer mon comm. Pour une part, je suis ok avec toi,
et pour l'autre, je suis plus mitigée.

Commençons par le "moins dramatique" : les chatons ; bon je n'aime pas les chats, mais c'est pas pour ça que je ne vais pas les trouver mignons. On en voit beaucoup en ce moment , c'est l'hiver, le chat tient chaud, c'est une bouillotte qui ronronne. C'est pas pour ça qu'on oublie la misère qui est à notre porte.

L'été, on ne verra que chiens abandonnés par les vacanciers sur le bord des routes parce qu'ils sont encombrants en vacances. Et l'on effacera de nos préoccupations toutes les personnes âgées dont on ne s'inquiétera pas non plus par un coup de téléphone, par des recommandations à des voisins ou autres précautions.

---

Pour le langage autour de la mort, je m'interroge. Un exemple : je n'écrirai plus très longtemps sur vos blogs , ou je vais "claquer" incessamment sous peu". Pour vous le résultat sera le même, mais vous serez choqué ???

Écrit par : Sophie | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Sophie, j'adore les chats, je pleure encore Balagan et tous les autres mais je ne supporte le discours qu'on nous oblige à supporter, sauf à vivre en ermite.
Je peux mourir n'importe quand, ma mère est morte plus jeune que moi, la chose n'est pas agréable à envisager même édulcorée.

Écrit par : heure-bleue | 25/02/2018

"Je n'écrirai plus sur ce blog très longtemps" pour dire "je vais mourir" est aussi ambigu et ne dit pas plus la vérité toute crue que "il a disparu" ou "il nous a quittés".

Alors que "je vais mourir" est précis et concis.
Et comme c'est bien la seule chose qui attend tout un chacun quels que soient ses mérites ou son état de fortune, autant le dire clairement.
Les asticots, voilà la vraie démocratie !
Ils ne prennent pas plus de couverts en argent qu'en plastique pour nous bouffer.

Écrit par : le-gout-des-autres | 25/02/2018

Tu as tout à fait raison on noie le

Écrit par : AGNES | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Cela a commencé il y a un moment avec :
Professeur des écoles, techniciennes de surface, hôtesses de caisses...

Mon père qui réécrivait le dictionnaire, avait mis à côté de "impôts" = "fripons" ;)

Bon dimanche

Écrit par : Fabie | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Bien souvent elle s'affiche aussi la cruauté. et dans ces cas là, ce ne sont pas les paroles qui sont lénifiantes mais l'absence cruelle d'actes!

Écrit par : alezandro | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Les chats cromignons m'emmerdent un peu.
Ce matin dans la campagne en allant au cinoche on a vu un homme très couvert qui portait son das sur le dos. Son sac et toute le misère du monde.
On est passé en voiture, on allait au cinoche.

Écrit par : Berthoise | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

----> HB + Le Goût : "Je vais mourir".

Ben oui, ça c'est évident. Quand ? ça, on n'en sait rien. "Tu ne connaîtras ni le jour ni l'heure".

Pour l'instant, si l'on sort pas assez couvert, on va mourir de froid, c'est sûr. Et je vais craindre chaque jour d'entendre ce que le plan "grand froid" dans ma région va avoir comme incidence.

C'est pas gai tout ça.

Écrit par : Sophie | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

tu as raison la cruauté envers les animaux est partout présente et à côté on nous montre touttes ces vidéos mignonnes...

Écrit par : ang/col | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Tu as raison, c'est comme dans l'éducation nationale...
Une vraie catastrophe la langue de bois...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Absolument.

Bleck

Écrit par : Bleck | 26/02/2018

tu as raison .... pourquoi parler simple quand on peut parler compliqué ? ......

Écrit par : emiliacelina | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Tu as oublié "nos aînés" !! mais tu m'as fait rire !! j'aime bien !

Écrit par : Colette | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Chef d'œuvre de justesse ton billet , heureusement je m'y attends car mon clavier a riquer'le baptême de café ; l'hypocrisie n'est même plus percutante , les infos pour ce qu'elles charrient , je préfère les lire en diagonale , les escrocs ont un langage mielleux ; ah ma bonne dame , bonne journée au soleil

Écrit par : epalobe | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

Que voici les choses bien dites.

Écrit par : lakevio | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

ils parlent comme ils ont appris à l'école d'après 68...tu sais celles des enfants rois...quand aux journaleux, le niveau est tellement bas que je me demande qui pourra le relever un jour...le mieux c'est de ne pas écouter, à part Pernot le midi...le reste c'est niniche!
tu sais pourquoi ils disent qu'on est parti au lieu de dire qu'on est mort? Car ils ont très peur de la mort les jeunes loupiots, ils ne savent pas ce que c'est...nous si car on à tous eu des décès de proches dans nos famille...pas eux, trop jeunes!bisous.

Écrit par : Tarrah | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire