Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2017

Le vieux qui lisait l'Humanité.

Pendant des années, j'ai acheté "l'Huma" à un homme que j'appelais "le petit pépé communiste" qui le vendait au coin de la rue Rambuteau .
Je n'avais pas le temps de lire l'Huma.
J'avais vieilli et les chars russes étaient passés par Prague.
Je n'étais pas allée à Cuba.
J'aimais bien cet homme.
Il avait un accent yiddish à couper au couteau.
Il avait été déporté parce que juif et communiste.
Il en était revenu et ça c'est un miracle.
Je ne sais pas si cet homme croyait en Adonaï, en tout cas il croyait aux "lendemains qui chantent".

Nous avons fini par boire des cafés ensemble.
Ce vieux militant avait parfois du mal à cohabiter avec lui-même.
Il faut dire que le communisme et le judaïsme ça ne fait pas bon ménage...

On va appeler ça un "antisionisme juif"...

Il avait deux filles qu'il avait élevées dans la foi, pas celle du judaïsme mais celle du communisme.
Je ne vous dirai pas ce que faisait sa fille ainée, vous pourriez la reconnaître.
La deuxième avait épousé les idées de son père au point d'aller vivre en Israël.
Le hic pour ce vieil homme, c'est qu'elle était partie vivre du côté palestinien.

Ces dernières années, alors qu'il était devenu vraiment très vieux, il avait du mal à accepter ses propres choix.

J'ai vraiment beaucoup aimé "le petit pépé communiste".

Déportation, juif, communiste

 

 

Commentaires

Attachant le vieux pépé.

Écrit par : mab | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup ton billet.

Ah Prague !!!

Écrit par : Sophie | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

Nous sommes des êtres complexes et avons tous nos contradictions, mais lui, ce dut être "tempête sous un crâne" sa vie durant...

Écrit par : la baladine | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

il devait être heureux de converser avec toi. Mon père était abonné à l'huma.... moi, j'aimais bien lire pif le chien ou Placid et Muzo en dernière page!

Écrit par : emiliacelina | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce beau texte.

Écrit par : Christiane | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

j'aime ton récit

Écrit par : sylvie | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

Je l'aime ton pépé !

Écrit par : Praline | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

merci pour votre récit, beau texte, pour un homme qui a dû avoir beaucoup à discuter avec lui-même, j'aime ce vieux monsieur.... je connais aussi des vieux messieurs qui ont vécus des vies comme dire il faudrait être plusieurs pour la supporter , mais je n'arriverais jamais à écrire un si beau texte pour une telle vie.....il me fait mal à mon coeur, ce vieux monsieur

Écrit par : chantal | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

J ai des souvenirs rue Rambuteau. Pas les mêmes. Je me souviens rue Beaubourg chez Juju ou Joujou comme disaient tous les "yougos" qui avaient fui Toto et se retrouvaient là.

Écrit par : Armelle | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

La peste du tactile ! Lire Tito !!!

Écrit par : Armelle | 02/05/2017

Tu nous le fais aimer aussi !

Écrit par : Colette | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

Moi je trouve beau qu'il ait gardé sa foi pour Lénine jusqu'au bout, malgré la déconfiture du parti. Il en faut des purs comme cet homme !
Qu'est-il devenu ?

Écrit par : Gwen | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

Juif ET communiste : y en a qui cumulent aussi...

Écrit par : Celestine | 02/05/2017

Répondre à ce commentaire

Il me semblait, à travers une partie de mon expérience amicale, que ce n'était pas forcément antinomique o;) (Je dirais d'ailleurs plutôt Marx que Lénine...) (Et par parenthèse, pour ma part, plutôt Kollontaï que Lénine d'ailleurs o;)

J'ai eu une amie dont les deux parents avaient été des militants... Ou des enfants de militants. Son grand-père avait disparu en Urss d'ailleurs.

J'aimais beaucoup parler avec eux. Elle, elle détestait le film "La vie est belle" et elle m'avait fait voir plutôt "Train de vie" de Radu Mihaelanu (tant qu'à voir une "fable", un conte sur l'époque), où l'un des personnages était devenu communiste au grand dam du rabbin de la communauté (un stettle). Cette amie soutenait que le côté messianique du judaïsme pouvait se retrouver dans le communisme - ce que les hommes en ont fait, ça, c'est autre chose.

J'aime aussi beaucoup cette histoire.

Écrit par : Pivoine | 03/05/2017

Répondre à ce commentaire

Je te suis dans ton admiration de Mme Kollontaï.
Ce fut à mon sens une des premières à avoir compris l'inanité de certaines lois censément "morales" dont les effets pervers ont causé plus de mal que la loi a apporté d'effets positifs.
Et je trouve dommage qu'on ne parle jamais de cette dame.

Écrit par : le-gout-des-autres | 04/05/2017

J'aimerais bien d'ailleurs qu'un jour, quelqu'un m'explique le sens de l'expression "Le grand soir". Heu, pour moi, elle sonne un peu péjorativement, mais apparemment pas pour certains communistes (non repentis o;)

Écrit par : Pivoine | 03/05/2017

Répondre à ce commentaire

Sacré Pépé ! Il s'est fait coincé par ses convictions. Mais quelle constance. J'admire.
Belle soirée.

Écrit par : christinegio | 04/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire