Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2018

France inter et le féminisme.

langue,féminisme,écriture inclusive

France Inter nous sert ses programmes d'été.
Ça cause, ça cause...
Bon, ça ne coûte pas cher mais ça ne fait avancer en rien la cause des femmes.

Certaines proposent l'obligation d'utiliser "l'écriture inclusive", ça me semble une belle ânerie.
En hébreu par exemple, on parle, on écrit au féminin et au masculin.
Même les chiffres sont "genrés"...

Si j'entends "Ani choté" je sais que c'est un homme qui boit.
Si j'entends "Ani chota" je sais que c'est une femme qui boit.

Lorsque vous déchiffrez l'hébreu, vous savez immédiatement si vous avez affaire à une homme où une femme.
Mais c'est un exercice littéraire courant qu'écrire en laissant planer l'ambigüité jusqu'à la fin d'une lettre.

Cela dit, les Israéliens ne sont pas moins machistes que les autres.

Faire croire qu'il faut féminiser la langue pour régler le problème ne coûte pas cher.
Eduquer pour changer les mentalités, ça coûte beaucoup plus, ça commence très tôt et ça dure plus longtemps.

11 % des enfants de quatre à douze ans ont déjà vu un film porno, sur Canal Plus ou sur un téléphone portable !
Quelle image de la sexualité peuvent avoir ces enfants en grandissant ?
Alors, c'est la langue ou l'éducation, le plus important ?

En France, on continue à exciser les petites filles et ce sont les femmes qui pratiquent cette abomination !
Alors, c'est la langue ou l'éducation, le plus important ?

Enseigner, recruter des professeurs, et des assistances sociales, éduquer, c'est ça qu'il faut faire !
Evidemment, c'est plus onéreux que faire parler quatre femmes éduquées, insérées et souvent issues de la grande bourgeoisie...

Le monde aura changé lorsque les hommes et les femmes toucheront le même salaire et qu'ils se respecteront mutuellement !

Je pense être morte avant.

Commentaires

Bien d'accord avec tout ce que tu évoques.

Écrit par : mab | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

Tu as raison, c'est long et toujours à refaire...et on ne le verra peut-être pas...mais ça avance.
Pour que les mentalités évoluent, il faut commencer par applaudir des deux mains toute tentative, quelle qu'elle soit, qui aille dans le sens du respect des femmes et de leur quête d'égalité.
En ridiculisant certaines de ces tentatives, ou en disant qu'elle ne sont pas importantes, ou inutiles, on ne fait que conforter le machisme.
C'est un peu comme pour éradiquer une maladie grave : aucun remède n'est négligeable, il ne faut en privilégier aucun, ni n'en traiter aucun par-dessus la jambe.
Un mal, ça s'attaque toujours sur plusieurs fronts, ça multiplie les chances de guérison.

 •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

Écrit par : celestine | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

"C'est un peu comme pour éradiquer une maladie grave : aucun remède n'est négligeable, il ne faut en privilégier aucun, ni n'en traiter aucun par-dessus la jambe."

C'est quand même comme ça qu'on a laissé faire un tas de Diafoirus.

Il faudrait déjà remédier aux injustices les plus évidentes : "A travail égal, salaire égal" par exemple.
A travail scolaire égal, orientation égale. (éviter de diriger les filles vers le social quand elles sont brillantes en sciences et forcer les poètes à décrocher un bas C alors que ça les emmerde profondément...)

Écrit par : le-gout-des-autres | 05/07/2018

Il est certain que ces femmes qui prônent cette écriture ne sont pas au fait des vrais problèmes...

Écrit par : Fabie | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

L'éducation bien sûr. Mais quand on pense à la suppression de postes de professeurs... quant aux assistantes sociales... je ne sais pas si c'est partout comme ça, mais chez moi, ouille !elles sont bien plus confortablement enfermées dans leur bureau que sur le terrain ! attention je ne généralise pas mais j'en connais certaines qui n'ont pas du tout la vocation :-(

Écrit par : Praline | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

Le débat est vaste. Et puis quand j'entends à la télé un jeune - pardon, une jeune - professeur(e) de géo ne pas savoir situer Angoulême, je frémis pour les générations futures… Et ce n'est pas une exception !
Je ne pense pas que ces émissions fassent avancer les choses. Comme tu dis ce sont les programmes d'été, alors on distrait les auditeurs.

Écrit par : Armelle | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

Ma foi, je m'aperçois que je suis complètement ignare, n'ayant jamais regardé un film porno ! Ça c'est pour la note drôle de cette histoire.

Mais ayant lu en début d'ouverture de l'ordi, qu'à la rentrée prochaine, on allait manquer cruellement de professeurs de français, de maths et autres, j'arrive chez toi et je suis absolument et entièrement en accord . Diable s'il suffisait de féminiser les mots pour que les jeunes et les jeunes adultes sachent écrire un français correct, ça se saurait. Bizarre que dans ce cas, personne ne s'insurge contre la théorie du genre.

Pour les assistantes sociales, ma foi, je vais être très partiale, en ayant une en ligne directe. Elle fait encore du terrain, mais enseigne aux étudiantes maintenant. Ce que je sais, c'est qu'elle a géré des budgets pour des familles en grosse difficulté et qu'elle donnait de sa personne dans les quartiers difficiles. Pendant que j'étais hospitalisée, elle est venue me voir, mais elle venait aussi pour voir ce dont pourraient avoir besoin deux personnes âgées et seules, tant du point de vue matériel qu'administratif. Mais c'est comme dans tt, du bon grain et de l'ivraie.

Bon, je ne sais pas si, comme pour toi, la chaleur commence à m'escagasser, mais j'ai des envies "pas catholiques" !!!

Écrit par : Sophie | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

Je partage complètement ta réflexion. Mais dévions bien le problème pour noyer le poisson. Les médias aux ordres s'en donnent à coeur joie !

Écrit par : delia | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

ce que je ne comprends pas, c'est que des femmes qui se prétendent féministes, défendent bec et ongles l'écriture inclusive!
Non je ne comprends pas...
De plus cela ralentit la lecture si on inclut le féminin à tous prix... au risque du ridicule
La vraie lutte pour l'égalité se situe ailleurs: à commencer par une éducation respectueuse de la femme...

Écrit par : Coumarine | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

entièrement d'accord!

Écrit par : Adrienne | 07/07/2018

Imagine un peu "Roméo et Juliette" en écriture inclusive...

Écrit par : le-gout-des-autres | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

le monde n'a pas changé.molière -tjrs d'actualité:les précieuses ridicules,les tartuffes,jupiter,qui,comme le roi soleil apprécie le theatre,la papeauté.mais les ados pratiquent davantage les écrans que la comédie classique.christiane

Écrit par : christiane | 05/07/2018

Répondre à ce commentaire

Bien d'accord avec toi. En anglais les adjectifs ne changent pas, qu'ils soient féminins ou masculins, et les anglo-saxons ont bien des problèmes aussi...L'écriture inclusive m'agace ! Bonne journée !

Écrit par : Koalisa | 06/07/2018

Répondre à ce commentaire

Pour moi je n'ai pas l'intention de changer quoi que ce soit
Cela dit concernant les changements d'écriture , obligée de supporter la connerie de tous ces gens d'en haut qui ne pensent faire plaisir qu' à leur nombril
Et suivre le monde dans cette errance absurde cela ne me dit rien du tout
Donc je touche mon bonnet .......¨¨¨et je vis ma vie :)
Bonne journée
Et bon weekend :)

Écrit par : Rose63 | 06/07/2018

Répondre à ce commentaire

Langue et éducation sont intimement liées ; est-il cohérent de les dissocier ? Il existe des langues sans genre sans singulier ni pluriel ; c'est le contexte qui prime. Ces langues prônent le groupe au lieu de l'individu... Mais même dans ces sociétés, l'individu émerge. L'humain changera t'il ?

Écrit par : Le vagabond | 07/07/2018

Répondre à ce commentaire

bien sûr c'est l'éducation ..... si les parents commençaient dès la petite enfance il en resterait bien quelque chose ....

Écrit par : emiliacelina | 07/07/2018

Répondre à ce commentaire

Ca fait 4 ans seulement que la mention "femme en situation de détresse" a été remplacée par "femme qui ne souhaite pas poursuivre sa grossesse"... Et le droit à l'avortement est sans cesse remis en cause par certains... Perso je trouve que c'est à désespérer ! Mais on ne m'empêchera pas de me battre encore et toujours.

Écrit par : Claude | 08/07/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire