Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2018

Journal

lakevio.jpg

1) Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : « Notre première expérience, chose remarquable, est celle d’une disparition. » Emprunt à Lou qui nous raconte sa Vie.
2) Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : « Referme un instant sur le monde la porte et la fenêtre, tourne-toi vers le journal pour toutes ses notations musicales, et commence un autre roman. » Emprunt à Anaïs qui écrit son Journal.

Voilà...
Notre première expérience, chose remarquable, est celle d'une disparition.
Salomé ferma son livre, d'ailleurs il n'en restait que les notes à lire.

Une disparition ? Laquelle ?
Celle de sa mère qui, malgré ses pleurs, disparut le premier jour d'école maternelle ?

Celle de son innocence ?
Oui, la trahison le jour où son premier amoureux, toujours à la maternelle, partit avec son goûter.

Une disparition ? La mort de sa grand'mère adorée !
Celle qui comprenait son besoin de liberté, celle permettait à sa petite-fille de faire des choses qu'elle avait interdites à sa mère.

Une disparition ? Celle de sa virginité...
Ce ne fut même pas un traumatisme, simplement une expérience avec un amoureux décevant.

Toute notre vie est disparition !
Même les "e" se font la belle chez Pérec.
Pire, notre jeunesse disparaît un jour, permettant malgré tout une apparition dans cet océan de disparitions : L'apparition de la première ride...

Salomé soupira et repris le journal d'Anaïs Nin qu'elle avait posé sur la table.
Elle en lut une phrase au hasard :

Referme un instant sur le monde la porte et la fenêtre, tourne-toi vers le journal pour toutes ses notations musicales, et commence un autre roman.

 

Commentaires

Ce qu'il y a de bien dans les disparitions, c'est que ça fait travailler la mécanique à souvenirs...

Écrit par : le-gout-des-autres | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Je vais peut-être participer, cette semaine.
le sujet me plait bien.
Mais je suis tellement occupée avec ma mère...
J'aime bien ton texte.
La Disparition de Perec c'est un exploit, mais imbuvable à lire.
Bisous
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

C'est vrai, toute la vie est constellée de disparitions... laissant la place à d'autres créations... et comme dit LeGoût, aux souvenirs !
Bises

Écrit par : lakevio | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Comme dit le Goüt, tes disparitions font fonctionner la machine à souvenirs..

L'idée est bonne, le résultat parfait.

Écrit par : Sophie | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Oui, hélas... Anaïs Nin que j'ai beaucoup aimé lire, autrefois.
Bonne journée

Écrit par : Armelle | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Devoir bien accompli..Bravo....

Écrit par : julie | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

La première ride, dis, tu es sûre qu'il n'y en a pas plusieurs qui apparaissent en même temps? (Je me suis un peu trop regardé dans le miroir, vendredi, en me préparant pour le vernissage...) Bon, je rigole. On n'y peut rien de toute façon.

Très bon texte...

Écrit par : Pivoine | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

J'avoue tout ! Je 'ai jamais lu "La Disparition" de Pérec, non plus que le journal d'Anaïs... mais tu t'en es bien tirée : ton passé de libraire est évident.
Bravo ! J'aime !!!

Écrit par : Gwen | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Tellement vrai tout ce que tu dis...
Il est des disparitions plus faciles à accepter que d'autres, mais quoiqu'il arrive il faut avancer.

Écrit par : Fabie | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

c'est vrai que si on se met à réfléchir à toutes les disparitions possibles ou vécues, on ne sait plus laquelle choisir pour son devoir... et c'est la que la phrase d'Anaïs Nin prend du sens :-)

Écrit par : Adrienne | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Disparition... voilà un mot que je déteste, ça évoque généralement tant de douleurs...

Écrit par : Praline | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Une douleur peut disparaître...

Bleck

Écrit par : Bleck | 24/04/2018

comme toujours (en tous les cas très souvent) on te suis avec plaisir . Aujourd'hui tes "disparitions" sonnent toutes tellement vraies! ..... surtout celle de l'innocence !

Écrit par : emiliacelina | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

J'aime bien. J'ai sauté mon tour cette fois-ci, trop occupée.

Écrit par : ang/col | 25/04/2018

Répondre à ce commentaire

Et avec la première ride, le premier cheveu blanc. Ma vie actuelle est entièrement dévouée à la recherche de la jeunesse perdue. Non pas dans l'artifice esthétique mais dans un comportement complètement fou. Heureusement, mon ado veille et me recadre (MdR !)

Écrit par : Vero | 30/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire