Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2017

Tout sur ma mère.

mère,  amour maternel, bof

Certains d'entre vous se sont étonnés de la désinvolture de ma mère à l'égard de mon sac-à-main.
Ma mère ne se préoccupait pas des affaires des autres.
A peine des siennes...

Elle n'était pas maternelle et pourtant elle ne faisait pas du cinéma.
Quoique...
Elle vivait sa vie.
Une vie compliquée où les enfants étaient priés d'aller à la maternelle.
Et très tôt s'il vous plaît, de manger à la cantine et de rester à l'étude le plus tôt possible et le plus longtemps possible.

Quand je suis née, ma mère avait vingt ans.
Elle avait un mari qu'elle n'avait pas choisi et des envies de danser.
Elle avait envie de vivre une adolescence dont la guerre l'avait privée.

Elle quitta donc mon père lorsque j'avais quatre ans.
Elle me laissa avec lui.
A la consigne... Comme un colis encombrant...

Je n'ai jamais su pourquoi elle était revenue.
Je suppose que l'homme qu'elle avait suivi avait changé d'avis.

Alors, vous comprenez que mes affaires ne faisaient pas partie de ses préoccupations.
Même un "Kelly"...

Commentaires

Je comprends.

Bleck

Écrit par : Bleck | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Ce devait être dur à vivre.
Ton père devait être très indulgent ou très amoureux.
Mais tu as du mal à parler de lui, il me semble.

Écrit par : Sophie | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Ma mère n'avait pas choisi mon père non plus.
J'ai passé mon enfance, mon adolescence et ma vie d'adulte à entendre ses jérémiades et ses plaintes.
Donc je me suis tournée vers mon père, avec lequel j'ai appris beaucoup et qui m'a transmis l'amour de la terre.

Écrit par : edith | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

triste ton histoire" ! Evidemment pas surprenant pour le sac !

Écrit par : emiliacelina | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Des personnalités difficiles . Le passé ne dédouane pas du manque d'attention aux autres, surtout à ses enfants !

Écrit par : lakevio | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Constat d'une époque où les femmes n'avaient guère de choix, et surtout pas de liberté. Sommées de se marier pour ne pas "rester fille", sommées de subir une maternité non désirée, sommées d'obéir, mineures à vie. La plupart se sont résignées, beaucoup se sont battues pour toutes, certaines se sont révoltées pour elle-même, parfois de manière chaotique et sans plus d'épanouissement, ce qui semble être le cas de ta mère. Et bien sûr, comme chaque fois, ce sont les enfants qui essuient les plâtres.

Écrit par : La Baladine | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Ah, sacrées mères ! On pourrait en raconter sur nos mères, moi la 1ere.
La mienne s'est aussi mariée à 20 ans. J'ai dû le raconter sur un blog (sais plus chez qui), ptêtre chez Fabie. Ma mère en a fait voir à mon père d'avoir été "forcée" de l'épouser. Quoique, forcée, j'en doute, vu son sale caractère à l'époque (époque, époque, devrai-je dire maintenant encore).

Ca me fait penser à un petit voisin qui a été quitté par sa femme, partie à l'autre bout de la France avec un autre mec, il y a environ 4 ou 5 ans, qui lui a laissé les 5 enfants sur les bras, la plus jeune devant avoir 2 ans à l'époque.
Grâce à l'aide de sa mère, de sa grand-mère surtout qui habite la maison mitoyenne (âgée la grand-mère qui a eu bien du mérite) il les élève bien. Mon mari, un jour où nous voulions lui donner des meubles de salle de bain est entré chez lui. Nickel chrome, très propre, bien rangé (ptêtre par la grand-mère). Il est "compagnon" et bosse très dur, un sacré "manuel". Il s'est remis avec une autre femme qui a 2 enfants. Pour cela, il a agrandi sa petite maison, sans demander de permis de construire (de toute façon, il aurait été refusé, nous sommes en zone inondable). Résultat, nous avons vu, il y a un mois environ, un article dans le journal "un habitant d'A....., sans permis de construire, est sommé d'enlever avant septembre la partie construite". Nous nous sommes bien doutés que c'était lui. Pour l'instant, il n'a pas bougé. Il a dit au tribunal "c'est pour le bien de mes enfants, pour qu'ils ne soient pas tous entassés dans les chambres". Ca partait d'un bon sentiment.
Pourquoi vouloir à tout prix embêter les plus pauvres qui ne peuvent pas racheter une maison plus grande ! Sa nouvelle construction était en étage en plus. S'ils étaient inondés, ils pouvaient s'y réfugier.
Pourvu que la police n'arrive pas avec des engins pour tout démolir !
Pendant ce temps-là, des gens du voyage, dans le même quartier, sommés, il y a 20 ans, d'abattre aussi leur maison, et ben, non contents de les avoir conservées, en ont construites d'autres. Mais, comme ils menacent de faire vilain, personne ne bouge.
Je suis prête à soutenir notre petit voisin. La mère, elle, n'a pas réapparu. Une fois, elle a voulu prendre l'été ses enfants... 3 jours après, elle demandait au père de revenir les chercher, disant qu'elle ne les supportait pas..Je donnerais bien un nom à ce genre de mère...Allez, je le dis "Salope !"

Écrit par : julie | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Au moins, elle ne les a pas tués, comme une mère de cinq enfants l'a fait chez nous et n'arrête pas de plaider (en pure perte).

Écrit par : Pivoine | 06/08/2017

Il y a aussi des mère aimantes qui font un vrai carnage...enfin, pas le même je suppose.
Mais on ne doit jamais se remettre d'un manque d'amour maternel, heureusement que tu as le Goût pour te dorloter !

Écrit par : ang/colomb | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

La lecture de ton billet me rend triste, je suis émue de lire tes mots...
Je t'embrasse bien fort en te serrant dans mes bras.

Écrit par : Praline | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Praline, je vais bien, très bien, j'ai eu besoin d'un bon thérapeute mais si à mon âge, je n'étais débarrassée de mon enfance, j'aurais un grave problème.
Je t'embrasse Praline.

Écrit par : heure-bleue | 02/08/2017

Pas facile à vivre c'est certain ..... c'est bien d'avoir réussi à surmonter tout ça !

Écrit par : Colette | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Mariée à vingt ans avec un mari qu'elle n'avait pas choisi...elle avait mal commencé !
Et toi tu t'es construite là-dessus comme tu as pu. Plutôt pas mal... ;-)

¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 03/08/2017

Répondre à ce commentaire

Désinvolture, le mot est faible.

Écrit par : mab | 03/08/2017

Répondre à ce commentaire

Les mères, éternelle matières à roman.

Écrit par : la Mère Castor | 03/08/2017

Répondre à ce commentaire

Les mères, éternelle matières à roman.

Écrit par : la Mère Castor | 03/08/2017

Répondre à ce commentaire

Les mères font du dégat. Des fois, ce sont les pères.
Rien n'est parfait.

Écrit par : Berthoise | 03/08/2017

Répondre à ce commentaire

On choisit pas sa famille on choisit pas ses parents...la la lala lala...mais on a qu'une mère et peut importe c'est elle qui nous a donné la vie...et finalement ta vie a été heureuse...non...?

Écrit par : Tarrah | 05/08/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai souvent cherché des explications à ces mères qui n'aimaient pas être mères. J'ai pensé que certaines supportaient mal la grossesse (c'était le cas de la mienne), que les accouchements n'étaient pas roses (pas de péridurale) et même l'accouchement sans douleur des années 70, sans péridurale, ça me paraît un peu du flan...

Ajoutons à ça l'épuisement après une naissance... Ca, je l'ai vécu, pendant 9 mois après la naissance de mon fils, j'ai été tout le temps malade, bref, c'est une explication comme une autre.

Ceci dit, feu ma belle-mère, qui, de ses deux fils, préférait mon ex-mari, a vendu sans aucun état d'âme et surtout sans le lui dire, trois tableaux qu'il lui avait donnés. Et des beaux tableaux en plus.

Je ne sais pas ce que tu en penses, mais pour ma part, les questionnements liés aux parents se sont fait plus aigus quand ils sont morts (ou qu'ils étaient décédés) que de leur vivant... Je râlais bien quand ma mère me sortait certaines choses (elle y allait parfois un peu fort), mais ça passait et je me disais toujours que ça allait s'améliorer...

Et puis, comme le dit toujours une de mes amies, c'est derrière le dos "onder de rug" comme elle le répète.///

Écrit par : Pivoine | 06/08/2017

Répondre à ce commentaire

Ma mère à moi n'avait pu épouser l'homme qui l'aimait et qu'elle aimait aussi... une histoire de pères ennemis. Par dépit, elle a épousé le cousin germain de son père, veuf qui avait 26 ans de plus qu'elle et qui se croyait condamné parce que cardiaque. Il en avait fait son héritière.
Rien ne s'est passé comme prévu :
1/ la mauvaise surprise : je suis née un an juste après et elle a failli en mourir :
2/ mon père n'est pas mort malgré ses promesses
3/ il a vécu 22 ans de plus et elle ne le lui pardonnait pas
4/ elle nous a empoisonné la vie et a vécu jusqu'à 97 ans
5/ j'ai décidé que je serais une mère aimante (mais j'ai fait un mariage d'amour qui a duré 35 ans)
6/ en conclusion, elle n'a jamais été heureuse, hélas !

Écrit par : Gwen | 07/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire